STX : l’Etat «veut un actionnaire privé» assure Le Maire

Bruno Le Maire a préparé le terrain de sa visite à Rome. Le ministre de l’Economie a rendez-vous ce mardi à 17 h 30 avec son homologue italien, Pier Carlo Padoan, et le ministre du Développement économique, Carlo Calenda, pour parler du dossier STX France. Dans un entretien au quotidien Il Corriere della Sera, paru ce mardi, l’hôte de Bercy a déclaré qu’il se rendait en Italie «avec un état d’esprit très constructif» et il a plaidé pour une «sortie par le haut», après la décision du gouvernement français de nationaliser temporairement les Chantiers de l’Atlantique :

«Les chantiers navals de Saint-Nazaire (STX) ne doivent pas être dirigés par l’Etat français. Nous voulons un actionnaire privé, et Fincantieri est aujourd’hui le meilleur groupe industriel à rejoindre ce grand projet franco-italien et européen», a assuré Bruno Le Maire.

| Lire aussi : Dossier STX : un savoir-faire rare qui aiguise beaucoup les appétits (3/3)

Le risque de transfert de technologies vers la Chine

Le ministre a répété que si les négociations n’aboutissaient pas, notamment sur le pourcentage de détention du capital de STX France par Fincantieri, l’Etat français serait obligé d’envisager d’autres options, même s’il ne le souhaite pas. Bruno Le Maire souligne que l’Etat français propose de «construire une grande alliance industrielle européenne franco-italienne dans le domaine naval. Ce projet aurait un aspect civil, avec les chantiers de l’ Atlantique, et un aspect militaire piloté par le ministre, sur les navires de surface.» Il a estimé qu’il n’y avait aujourd’hui «pas de garanties suffisantes» sur le maintien de l’emploi et sur le risque de transfert de technologies en Chine.

L’action Fincantieri gagne 1,7% en début de séance ce mardi à la Bourse de Milan.

Article Source

Добавить комментарий

Яндекс.Метрика