Déchets : pour convaincre au tri, Paris sort de l’ombre les poubelles

Engagée en matière d’économie circulaire, notamment dans le cadre d’une feuille de route opérationnelle fixant la stratégie municipale à horizon 2020, Paris est pourtant loin de constituer un modèle en matière de recyclage. Un immeuble sur trois manque de poubelle pour trier les bouteilles en verre, et un sur six de celle pour les emballages et le papier, pointait au mois de février un rapport de la Cour des comptes. Même lorsque les Parisiens trient, ils font encore beaucoup trop d’erreurs, avec des effets notables sur le pourcentage des refus des déchets collectés, de 25,7% en Île-de-France, notaient dans la même étude les Sages de la rue Cambon.

Pour rattraper le retard, la capitale fait donc le pari d’augmenter le nombre de ses boîtes à ordures. 2.000 nouveaux points de collecte seront déployés d’ici 2020 dans l’espace public, a promis la municipalité mercredi 22 novembre, à l’occasion de la semaine européenne de réduction des déchets. «Dans un monde où les déchets ne constituent plus qu’un problème ‘hygiène, mais surtout une ressource, les poubelles n’ont plus vocation à être cachées», a expliqué la maire Anne Hidalgo. «Il faut assumer la poubelle dans l’espace urbain», a renchéri Jean Hornain, directeur général de Citeo, éco-organisme en charge de la gestion des déchets d’emballages partenaires de l’opération.

1.000 Trilib’ dans toute la ville

Les 40 stations de tri dénommées Trilib’ (incluant des modules consacrés au papier, au plastique, au verre et aux textiles), expérimentés depuis un an dans quatre arrondissements, seront ainsi généralisées à partir de début 2019 à l’ensemble de la capitale, avec l’objectif d’atteindre le millier. Dans 150 parcs et jardins, mais aussi dans les lieux touristiques, où la mode des pique-niques fait des ravages, 600 conteneurs en bois permettant de séparer les emballages du reste des déchets sont prévus pour 2020. 84 sont d’ailleurs déjà en place.

1400 bacs plus petits permettant de trier canettes en métal et bouteilles en plastique seront aussi installés avant la fin de 2019 dans des magasins de restauration rapide et dans les aéroports de Paris. Une centaine de commerces de proximité seront enfin équipés dans les mêmes délais de machines de la startup Lemon Aide distribuant, pour chaque bouteille en plastique rapportée, 2 centimes en bons d’achat ou en dons aux associations.

10% des bouteilles en plastique recyclées en ville

Ces 2.000 nouvelles poubelles constitueront autant de «points de contact» incitant au tri la population urbaine la plus réfractaire: celle des 20-40 ans, qui «veulent sauver la planète, mais pas descendre les poubelles», parie Jean Hornain. Elles devraient notamment permettre d’adresser le paradoxe des bouteilles en plastique, emballages aujourd’hui à 100% recyclables, mais dont seulement 56% au niveau national et 10% en ville est recyclé, a ajouté le directeur de Citeo.

«Nous voulons accompagner nos concitoyens, mais aussi les acteurs de la ville et les entreprises, dans le changement de leurs mentalités et de leurs modes de vie nécessaire dans un monde en accélération», a souligné Anne Hidalgo.

En France, le recyclage de 70% des emballages jetés permet d’économiser 2 millions de tonnes de CO2 par an, à savoir l’équivalent de la consommation électrique de la capitale, a en effet rappelé Jean Hornain.

Lire aussi: Déchets: et si pour faire évoluer le tri l’argument du civisme ne suffisait pas?

Article Source

Добавить комментарий

Яндекс.Метрика