Automédication : quels médicaments peuvent être dangereux ?

L’automédication n’est pas à prendre à la légère. C’est le message qu’a voulu faire passer 60 millions de consommateurs dans un hors-série sorti mardi 14 novembre. Ainsi, 45% (28 sur 62) des médicaments en vente libre étudiés sont à proscrire, juge l’association. Elle pointe du doigt les antirhume, notamment. Elle déplore un «cocktail de 2 à 3 composés actifs» (vasoconstricteur, antihistaminique, paracétamol/ibuprofène) qui «n’est pas justifié».

Le magazine souligne «des risques de surdosage et d’effets indésirables gravissimes (accidents cardiovasculaires ou neurologiques, vertiges…)». Dans cette liste noire établie par l’association figurent Actifed Rhume, DoliRhume et Nurofen Rhume.

Autre exemple évoqué par 60 millions de consommateurs, les risques de la consommation de pastilles pour la toux.

«Chez les femmes enceintes, la prise d’une seule pastille contre le mal de gorge contenant un anti-inflammatoire non stéroïdien (ibuprofène, flurbiprofène…) ou d’un seul cachet d’aspirine peut avoir des conséquences dramatiques (atteintes rénales et cardio-pulmonaires du fœtus qui peuvent être irréversibles, voire mortelles, pour le futur nouveau-né)», explique l’association.

Seuls 21% des médicaments sont «à privilégier»

Sur ces 62 médicaments «passés au crible» sous le contrôle du professeur Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien reconnu, membre de l’Académie de médecine, et Hélène Berthelot, pharmacienne, seuls 21% d’entre eux (13) sont «à privilégier». Parmi ces médicaments, la publication recense le Vicks Vaporub, Imodiumcaps, Gaviscon menthe, Forlax 10 G, Maalox sans sucre (mais Xolaam, son jumeau méconnu est vendu environ 2 fois moins cher),notamment.

[Crédits : Statista.]

Article Source

Добавить комментарий

Яндекс.Метрика