Air Berlin, la deuxième compagnie allemande, dépose le bilan : 7.200 emplois menacés

Air Berlin, la deuxième compagnie aérienne allemande, déficitaire depuis plusieurs années, a déposé son bilan mardi après la décision de son principal actionnaire Etihad Airways de cesser tout soutien financier. Lufthansa, qui est déjà venue en aide à sa compatriote, et tout récemment en juin dernier, a déclaré être en négociation pour la reprise d’une partie de ses activités, et donc de ses créneaux de décollage et d’atterrissage.

| Lire : Accord avec Air Berlin : Lufthansa pourrait «aller plus loin»

La nouvelle intervient en pleine période des congés estivaux, marquée par un pic d’activité du secteur du transport aérien, et à moins d’un mois et demi des élections fédérales. Le gouvernement d’Angela Merkel a annoncé avoir accordé à Air Berlin un prêt relais de 150 millions d’euros, suffisant selon lui pour lui permettre de poursuivre ses activités pendant trois mois et de maintenir ses effectifs, qui représentent quelque 7.200 personnes, en attendant l’issue des discussions.

Air Berlin négocie avec Lufthansa et une autre compagnie d’une vente éventuelle d’actifs, a précisé le gouvernement, ajoutant s’attendre à des décisions dans les semaines à venir.

Lufthansa «bien placée pour choisir ce qu’elle veut reprendre»

Lufthansa loue déjà des avions d’Air Berlin, qui détache les équipages des appareils concernés, afin de renforcer sa filiale à bas coûts Eurowings, et le groupe n’a jamais caché vouloir aller plus loin, même s’il estime que l’endettement de son rival et les obstacles liés à la réglementation antitrust pourraient poser problème.

«Lufthansa a joué la montre pendant plusieurs années et elle est désormais bien placée pour choisir ce qu’elle veut reprendre au sein des activités d’Air Berlin pour répondre à ses besoins sans avoir à acheter la totalité d’une entreprise déficitaire», a commenté Jonathan Wober, analyste du CAPA-Center for Aviation.

 | Lire : Lufthansa dépèce Air Berlin pour muscler sa filiale low-cost Eurowings

Dans le rouge quasi constamment depuis 2008

Elle a fini dans le rouge la quasi-totalité des exercices financiers depuis 2008 et celui de 2016 s’est soldé par une perte record de 782 millions d’euros, soit plus de deux millions par jour.

Le soutien financier d’Etihad, actionnaire depuis 2011 et qui détient environ 30% de son capital, l’a maintenue à flot pendant plusieurs années, mais la compagnie d’Abou Dhabi a entrepris de réévaluer son portefeuille d’investissements en Europe faute d’être parvenue à la rentabilité espérée initialement.

Air Berlin n’est pas la première victime de ce virage stratégique puisque la compagnie italienne Alitalia, dont Etihad est également actionnaire, est déjà passée sous administration judiciaire et cherche des repreneurs.

| Lire : Alitalia peut-elle cette fois se sortir d’affaire ?

*Un graphique de notre partenaire Statista

(Avec Reuters)

Article Source

Добавить комментарий

Яндекс.Метрика